Tout savoir sur le Statut Auto-Entrepreneur

Devenez Auto-Entrepreneur simplement et rapidement

Le statut auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur) permet aux entrepreneurs individuels de bénéficier d’obligations administratives, sociales et fiscales simplifiées.

Votre situation personnelle

Ouvert à tous

Tout d’abord, il faut dire que ce statut est adapté à tous. En effet, toute personne physique peut créer une entreprise individuelle sous le régime auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur.

Voici les deux seuls critères à respecter :

  • Être majeur ou mineur anticipé (à partir de 16 ans).
  • Pour les Étrangers (hors Union Européenne) résidents en France, être titulaire d’un titre de séjour temporaire autorisant l’ouverture d’une micro-entreprise en France.

A titre complémentaire ou exclusif

De plus, le statut auto-entrepreneur s’adapte à votre situation. En effet, vous pouvez exercer votre activité indépendant à titre exclusif ou complémentaire avec un autre statut (demandeur d’emploi, salarié, retraité, fonctionnaire).

Alors, vous souhaitez vous lancer sans plus tarder ? Vous pouvez vous rendre sur la page devenir auto-entrepreneur.

Les avantages du Statut

Voici les principaux avantages :

  • D’abord, aucune facturation de la TVA
  • Ensuite, les titulaires ARE, ASS, RSA continuent de les percevoir et sont exonérés des charges sociales du statut auto-entrepreneur
  • Vous bénéficierez également d’une comptabilité ultra-allégée !
  • Enfin, vous n’avez aucune charge à payer si vous n’avez pas de chiffre d’affaire. Aucun risque !

Les charges sociales

Des cotisation sociales simplifiées

En tant qu’auto-entrepreneur, vos charges sociales et fiscales sont basées sur votre chiffre d’affaire. C’est à dire que vous payez une somme proportionnelle à vos revenus générés. Plus précisément, la règle est : pas de chiffres d’affaires, pas de charges.

En résumé, vous trouverez ci-dessous un tableau résumant les cotisations sociales à payer :

Commerciale ou artisanale Profession libérale Autres
5,5% 3,20% 0,30%

La contribution à la formation professionnelle

Les auto-entrepreneurs doivent également s’acquitter de la contribution à la formation professionnelle :

  • 0,1% pour les commerçant et les activités libérales non réglementés
  • 0,2% pour les activités libérales réglementés et les prestations de services
  • 0,3% pour les artisans

Par ailleurs, le paiement de cette contribution permet à l’auto-entrepreneur de bénéficier au droit à la formation professionnelle.

L’exonération de début d’activité

Depuis le 1er janvier 2019, l’ACCRE (aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise) a été remplacé par l’ACRE (aide aux créateurs ou repreneurs d’entreprise). Par ailleurs, elle est automatiquement attribuée aux nouveaux auto-entrepreneurs.

Désormais, cette aide est accessible à tous les créateurs ou repreneurs d’entreprises. Plus précisément, cette aide permet à l’auto-entrepreneur de bénéficier d’une exonération totale (ou quasi-totale) les 3 premières années d’activité.

La cotisation foncière des entreprises

Elle est également appelée CFE et anciennement Taxe Professionnelle. Tous les créateurs d’entreprise sont redevables de cette cotisation. En effet, la CFE est calculée sur la base de la valeur locative des biens utilisés pour votre micro-entreprise.

Quoi qu’il en soit, les auto-entrepreneurs sont exonéré de la CFE durant la première année de création de leur micro-entreprise.

Autres articles liés :

Devenir Auto-Entrepreneur (les démarches)
L’ACCRE (explication)